Nouveauté série – The Path – Avis

The Path affiche série

Diffusée sur la plateforme de vidéo à la demande Hulu depuis fin mars 2016, la série américaine The Path constituée pour le moment d’une seule saison de dix épisodes a été correctement accueillie par la critique. Drame sur fond de secte et de relations familiales, le format de 52 minutes par épisode porte à l’écran des habitués des séries à succès tels que Aaron Paul qui officiait aux côtés de Bryan Cranston dans l’excellent Breaking Bad, Hugh Dancy qui interprétait le torturé Will Graham dans Hannibal et Michelle Monaghan ne débute pas non plus dans le genre puisqu’elle campait le rôle de Maggie Hart dans True Detective.

The Path série Hulu

Synopsis de The Path

Un mouvement inconnu intitulé Meyerisme, semble recueillir les victimes de catastrophes ou les laissés pour compte de la vie en leur offrant une seconde chance tout en leur dispensant une nouvelle spiritualité sous forme d’échelle. Un parcours initiatique à suivre à travers le Pérou et les différents membres hiérarchisés par niveaux. Le problème est double : ce « mouvement » est mal perçu par le monde extérieur qui commence à enquêter sur cette supposée secte. Intra-muros la confusion apparaît au sein de plusieurs membres après la mort de l’un d’entre eux dont la compagne refuse de croire à un suicide. Elle fuit le mouvement et commence à faire douter Eddie Lane (Aaron Paul) qui avait lui-même développer quelques soupçons. Mari et père d’une famille heureuse, c’est toute cette stabilité et ce bonheur qui sont menacés au travers de ces doutes. Le charismatique Cal (Hugh Dancy) à la tête du camp est lui-même en proie à des difficultés externes et internes. Tous deux gravitent autour de Sarah (Michelle Monaghan) à l’inébranlable foi, épouse d’Eddie et bras droit de Cal.

Acteurs de The Path

michelle monaghan hugh dancy aaron paul the path

Aaron Paul : il interprète Eddie Lane avec brio dans The Path, un personnage plus âgé que le junkie auquel on l’associait depuis Breaking Bad. Il est loin le temps où Jesse Pinkman confectionnait de la Meth en compagnie du père de Malcolm dans un van aux frontières du Mexique. Acteur reconnu puisqu’en 2010, 2012 et 2014, il reçoit l’Emmy Award du meilleur acteur dans un second rôle dans une série dramatique. Dans cette nouvelle série, il est un mari et père de famille assagi.

Hugh Dancy : acteur de cinéma et de télévision, c’est avant tout son rôle récurrent dans l’autre série Hannibal qui le fit connaître du grand public et lui aura valu un Saturn Award en 2015 du meilleur acteur de télévision. Il interprétait le rôle de Will Graham, un professeur en criminologie recruté par le FBI pour intervenir sur certaines scènes de crimes en raison de sa capacité extrasensorielle d’empathie. Son jeu était celui d’un homme très torturé en proie avec ses émotions. Dans The Path on retrouve parfois ce genre d’attitude même si les traits plus durs et la coiffure moins romantique changent considérablement la personnalité du personnage. On ne sait pas trop si l’on veut s’attacher à Cal ou au contraire souhaiter sa chute étant donné ses actions très douteuses et malhonnêtes…

Michelle Monaghan : forte d’une expérience aussi bien sur grand écran que sur petit, on se souvient d’elle dans True Detective puisque son jeu d’actrice lui aura permis d’obtenir le Golden Globe de la meilleure actrice dans un second rôle dans une série. Ce n’est pas sa seule récompense mais c’est la dernière en date. Dans The Path elle agace un peu par tant de perfection. Irréprochable en tant que femme, mère, dans sa foi, dans son travail, Sarah Lane a trop de principes et irrite un peu lorsque trop rigide, elle dénigre un peu son mari en proie aux doutes.

Avis sur The Path

Le synopsis annoncé ne laissait pas présager la tournure que prend la série au cours de ces dix premiers épisodes de presque une heure chacun. On s’attendait à une histoire de secte, de séduction d’esprits fragiles pour en faire des disciples serviles et dévoués financièrement et sexuellement. Cliché. Et bien heureusement il n’en est rien. Pas de gourou barbu avec couronnes de fleurs, pas de perversions tordues. Non. On se demande d’ailleurs tout du long qui dit vrai, qui manipule, les bases de ce mouvement Mayeriste sont-elles réelles ? On suit en tout cas l’intrigue au travers d’une famille unie en apparence. On ne sait pas/plus qui croire au fur et à mesure des épisodes. Rebondissements à profusion, on s’attache à l’un puis à l’autre, on a de la pitié pour Cal puis du mépris et ce sentiment s’applique aussi à Sarah. Bref, cette première saison est très prometteuse et nous donne en tout cas envie de voir la suivante. La qualité est au rendez-vous et le sujet traité a su éviter les clichés. Bravo donc à Jessica Goldberg la créatrice et vivement la suite !