Biographie d’Ernest hemingway

hemingway-ernest

C’est une révélation qu’a vécu l’écrivain Ernest Hemingway en venant en Europe. Il découvre l’ancien monde, ses guerres, ses coutumes et ses façons de vivre qui sont bien différentes de celles qu’il connaît chez lui aux États-Unis. L’Europe sera pour le romancier une source d’inspiration et d’exploration constante tout au long de sa vie.

Une carrière de journaliste embrassée très tôt

Le jeune Ernest est né à Oak Park, dans l’Illinois en 1899 et très jeune il s’engage dans la carrière de journaliste. Il éprouve une curiosité exemplaire qui l’emmène sur le front italien en 1917 avec la Croix-Rouge dans laquelle il s’est engagé. Il n’a que 18 ans et quitte le théâtre des opérations gravement blessé. Il travaille pour un journal canadien et c’est par ce biais qu’il se rend pour la première fois en Espagne et à Pampelune. C’est là qu’il écrira « la fête explosa » en parlant du 7 juillet. Ces fêtes sont la fête pour le célèbre auteur. La boisson coule à flots et la musique est partout. Cette impression ne quittera plus jamais l’écrivain. En Espagne, il découvre la mort ritualisée avec les corridas, celle des taureaux mais accidentellement celle de l’homme. Au premier quart du siècle, il s’installe à Paris, c’est dans la capitale française qu’il abandonne le journalisme pour se consacrer à la littérature. Il trouve alors son style et ainsi dans les années 20, les trois obsessions d’Hemingway sont identifiées. La mort tout d’abord, avec la guerre et les corridas qui ont marqué le jeune homme, mais aussi la mort de son père qu’il adorait et qui s’est suicidé. Sa deuxième obsession, ce sont les femmes. Il se mariera à quatre reprises notamment. Et enfin la boisson car il finira alcoolique. Pour être complet, il faut ajouter deux passions. La première est la pêche au gros dans les mers des caraïbes et la seconde chasse au gros gibier en Afrique.

Hemingway-E-biographie

Un américain qui s’est européanisé

Le personnage coïncide exactement avec la définition des européens de l’entre deux-guerres du romancier américain. Un érudit autodidacte formé au journalisme et non à l’université, engagé idéologiquement, voyageur, sportif, fêtard, en un mot Hemingway. C’est à Pampelune que le choc de la corrida le frappe de plein fouet. En 1924, il découvre cette pratique et aura la vision d’horreur d’un jeune habitant de son village qui meurt encorné par un taureau. Pampelune servira de toile de fond à une partie de son roman « Le soleil se lève aussi » publié en 1926 et qui fera sa renommée. L’auteur se dit lui aussi blessé par un taureau dans une arène mais beaucoup d’habitants douteront de cela, estimant Ernest Hemingway comme un peureux. En 1927, il se remarie. Son père venant tout juste de se suicider, il tombe dans l’alcoolisme qui malheureusement le perdra plus tard. En partant chasser en Afrique, il aura un accident d’avion dont il sortira indemne. Ernest Hemingway a eu une vie pleine et décède en 1961 à l’âge de 62 ans.